Gnudi de ricotta aux épinards

C’est simple : dès que je tombe sur une émission de cuisine italienne à la télé, j’arrête immédiatement ce que j’étais en train de faire, et je l’écoute. Là, maintenant. Pas question de l’enregistrer pour l’écouter plus tard. J’en serais, de toute façon, incapable.

Ce jour-là, c’était une émission de À la di Stasio qui portait sur la Petite Italie à Montréal. Je n’avais absolument aucune chance de m’extirper de mon fauteuil : non seulement parlait-on de cuisine italienne, mais également d’un quartier, la Petite Italie, que j’ai eu le bonheur d’habiter pendant trois ans. Fauteuil 1 – Mélanie 0.

C’est lors de cette émission que j’ai découvert les gnudi (prononcez noudi), qui signifie… tout-nus en italien!

Dans ma grande rectitude linguistique, j’aurais peut-être dû traduire le titre de ma recette… Qui sait : des tout-nus de ricotta aux épinards, peut-être que ça aurait pu faire augmenter les statistiques de consultation de mon blogue! Je ne le saurai jamais.

gnudi de ricotta aux épinards

Gnudi, ou tout-nus, fait référence au fait qu’il s’agit d’une recette de ravioli, mais sans les pâtes. La farce, donc.

On façonne cette dernière en quenelles, qu’on plonge quelques minutes dans de l’eau bouillante salée, et qu’on sert avec une sauce tomate ou, en version plus riche, un beurre noisette.

Personnellement, j’ai accompagné mes gnudi de ma sauce tomate fétiche, celle qui se trouve dans mon livre de recettes (gratuit pour mes fans Facebookiens). Vous pourriez aussi utiliser ma deuxième sauce tomate fétiche, qui se trouve, elle, sur ce blogue.

J’aurais aimé révolutionner la recette proposée par Josée di Stasio, mais j’en ai été incapable. Une recette de champion, c’est une recette de champion. À peine ai-je ajouté un peu de persil frais. Au mieux aurais-je ajouté quelques juliennes de prosciutto au mélange… mais je n’en avais pas au moment de faire la recette. Ce sera pour la prochaine fois.

Mis à part la sauce tomate, il s’agit d’une recette express qui se prépare en quelques minutes à peine, et qui peut se servir en entrée ou en plat principal, dépendamment du nombre de gnudi que vous servirez à vos convives. Je vous suggère tout de même d’en faire quelques uns de plus, juste au cas. On vous les demandera, j’en suis certaine.

gnudi de ricotta aux épinards

 

Gnudi de ricotta aux épinards
 
Temps de préparation
Temps de cuisson
Total
 
Auteur:
Portions: 4
Ingrédients
  • 1 pot de ricotta d’environ 400 gr
  • 5 à 6 tasses de bébé épinards (j’ai utilisé un sac complet)
  • 2 c. à soupe d’huile d’olive
  • 1 gousse d’ail hachée
  • 2 c. à soupe (ou plus) de persil haché
  • 1 oeuf
  • ½ tasse (50 gr) de parmesan râpé
  • ½ c. à thé de noix de muscade fraîchement râpée
  • Environ ½ tasse (75 gr) de farine
  • ¾ c. à thé de sel
Étapes
  1. Laver et bien essorer les épinards. Dans une poêle, chauffer l’huile d’olive et l’ail. Ajouter peu à peu les épinards jusqu’à ce qu’ils soient cuits. Retirer et égoutter au fond d’une passoire ou en les pressant entre les mains. Hacher finement et tiédir.
  2. Mélanger la ricotta, les épinards, l’œuf, le parmesan, le sel, le persil et la muscade.
  3. Ajouter la farine et bien mélanger. Goûter et ajuster l’assaisonnement. Ajouter de la farine si le mélange est encore trop humide.
  4. Former des quenelles à l’aide de deux cuillères ou façonner des petites boules ovales entre les mains.
  5. Cuire les gnudi dans une grande casserole d’eau bouillante bien salée. Lorsqu’ils remontent à la surface, poursuivre la cuisson de 4 à 5 minutes pour s’assurer que le centre soit cuit. Utiliser une cuillère trouée pour les retirer.
  6. Servir avec une sauce tomate ou un beurre noisette, et des copeaux de parmesan.

 

D’autres recettes qui rendent heureux...

1 comment

  1. Madoh 29 juillet 2014 at 19 h 51 min Reply

    C’est très bon. J’y ai ajouté des lanières de prosciutto, mais des lanières de jambon auraient fait aussi bien l’affaire. Pour les amateurs de goût un peu plus relevé, je suggère d’ajouter un peu de piment de cayenne ou d’espelette. Idéal en entrée selon moi.

Laisser un commentaire