Bleuets et chocolat

Je dois commencer ce billet avec une confidence gênante : je n’avais jamais visité la région du Lac-Saint-Jean, pas plus que celle du Saguenay d’ailleurs (il semble que la distinction soit très importante pour les habitants du coin et je ne voudrais surtout pas créer d’incident diplomatique dès le premier paragraphe).

J’étais donc plus qu’enthousiaste en apprenant que des amis, originaires du Lac-Saint-Jean, nous invitaient à leur mariage, qu’ils célébraient dans leur région natale.

Dans la vie, j’aime les personnes authentiques. Et j’ai toujours eu un faible pour les accents. Quel qu’il soit, je trouve qu’un accent ajoute de la couleur au discours d’une personne. Les gens du Lac, c’est une parfaite combinaison des deux : authenticité et accent! Avoir la chance de visiter leur royaume, c’est la promesse d’une une immersion fantastique!

Les gens du Lac sont des gens fiers. Ils sont profondément fiers de leur lac. Je crois même que la relation qu’ils entretiennent avec leur étendue d’eau va au-delà de la fierté. En fait, c’est fascinant de constater à quel point ce lien est presque fusionnel. C’est d’ailleurs peut-être pour cette raison que la ville située au delta du lac St-Jean s’appelle Alma, qui signifie « nourricier » en latin.

On parle du lac comme s’il s’agissait d’un membre de la famille. On le visite, on l’admire. Je suis même persuadée que certains lui parlent. À certains égards, le lac St-Jean est un genre de Gange ou de Jourdain : un endroit sacré où on vient se purifier. J’ai d’ailleurs appris que l’une des pratiques locales était d’aller se baigner dans le lac après une soirée arrosée, ce qui, considérant le côté fêtard de la faune locale, peut arriver relativement fréquemment. On m’a aussi parlé d’autres « expériences » possibles à faire dans ou avec le lac, mais compte tenu de la vocation culinaire de ce blogue, je préfère m’arrêter ici…

Les gens du Lac sont aussi fiers de leur tourtière, qu’ils servent même au déjeuner lors du brunch. Objectif atteint : une seule portion et je n’ai pas eu faim avant 18 h!

Une petite parenthèse s’impose ici. Je n’avais jamais mangé de tourtière du Lac-Saint-Jean avant dimanche dernier et j’ai été surprise de constater à quel point le goût m’a semblé familier. C’est que je suis originaire du Bas-St-Laurent, et qu’à défaut de tourtière, nous avons le cipâte!  Ne le dites pas aux gens du Lac, mais j’ai encore une préférence pour le cipâte, pour sa texture notamment. Et n’allez surtout pas croire qu’il s’agit de  chauvinisme!:)

Enfin, les gens du Lac sont fiers de leurs bleuets. Vous connaissez l’adage : 4 bleuets du Lac suffisent pour faire une tarte. On ne spécifie pas, cependant, la grosseur de la tarte… J’aurais bien aimé croiser un vendeur de bleuets sur ma route, histoire de démystifier cette légende urbaine une fois pour toutes. Je ne sais pas si c’est parce que la saison n’est pas encore commencée, mais je n’en ai pas vu.

Je suis revenue chez moi bredouille, mais j’avais tout de même très envie de manger des bleuets. J’ai dû me rabattre sur ceux d’une bleuetière tout près de chez moi.

Outre les manger directement à la poignée, je crois que la meilleure façon de mettre en valeur le bleuet, c’est de les tremper dans le chocolat.

Les Italiens, autre peuple tout aussi fier de leur culture et leur gastronomie, ont une expression, prodotti, prodotti, prodotti, pour expliquer l’importance de la qualité des ingrédients dans la réussite d’un plat. Meilleurs sont les produits utilisés, meilleur est le résultat.

Je ne sais pas s’il y a des bleuets en Italie, mais je sais qu’en combinant les meilleurs bleuets avec un chocolat de qualité, on ne peut qu’arriver à un résultat d’exception. N’essayez surtout pas cette recette avec les bleuets insipides des États-Unis, vous serez déçus.

Il existe un réel mystère entourant le Lac-Saint-Jean. Je n’y suis restée que 24 h, et pourtant il me manque déjà. Et la seule chose que je souhaite maintenant, c’est d’y retourner.

D’autres recettes qui rendent heureux...

Tagged: , ,

1 comment

  1. Stéphanie dufour 8 août 2012 at 20 h 47 min Reply

    Très bon billet…cependant, j’ai hâte d’avoir les détails de la robe :)

Laisser un commentaire