L’appel de la bête

Chers lecteurs, c’est un véritable cri du coeur que je vous lance aujourd’hui.

Je n’ai jamais eu peur des défis et vous savez que je ne recule devant rien pour faire avancer la science. Toutefois, le défi que je m’apprête à relever en est un de taille. C’est qu’un orignal s’apprête à envahir mon congélateur.

J’aimerais d’entrée de jeu dédier ce billet aux cousins français qui me lisent (et je sais que vous êtes quelques-uns). Plusieurs d’entre vous avez une fascination pour les grands espaces québécois, le mythe du coureur des bois, etc.  Et bien sachez qu’il y a aussi des désavantages au principe du chasseur-cueilleur en 2011. Notamment lorsque l’Être-Aimé, chasseur de gros gibier à ses heures, vous téléphone pour vous annoncer une cargaison prochaine de 68 kilos de viande d’orignal.

L’appel téléphonique est d’autant surprenant du fait qu’en 10 ans, il était toujours revenu bredouille de la chasse. Je ne m’étais donc jamais inquiétée. Mais aujourd’hui, je suis perplexe. En fait, non. Je suis plus que perplexe, je suis angoissée.

Je me demande sincèrement comment je réussirai à cuisiner toute cette viande. Bien sûr, j’en donnerai à des amis. Mais force est de constater que les prochains mois de ma vie goûteront vraisemblablement l’orignal. Dit de cette façon, ce n’est pas vraiment beaucoup plus encourageant!

C’est pourquoi, pour la première fois de l’histoire de ce blogue, je fais appel à vous pour obtenir vos meilleures recettes de gros gibiers. C’est bien beau la fondue et la sauce à spaghetti à l’orignal, mais tant qu’à avoir un roi de la forêt dans son congélateur, aussi bien tenter de le mettre en valeur dans son assiette.

Je vous remercie à l’avance de me venir en aide! D’ailleurs, je publierai quelques comptes-rendus afin que vous puissiez suivre l’évolution de mes essais culinaires – et du niveau des stocks de mon congélateur.

 

D’autres recettes qui rendent heureux...

Tagged: , ,

Comments: 7

  1. elmarto 17 octobre 2011 at 21 h 10 min Reply

    Un cipâte? J’en avais fait un au caribou il y a quelques années. Miam!

  2. Helene R. 18 octobre 2011 at 19 h 19 min Reply

    Tellement drôle encore une fois… c’est un pur délice de te lire…
    Je vais tenter de rapatrier une ou deux recettes d’amies qui, elles aussi, sont veuves de chasse et s’assurent de faire de la place dans leur congélateur l’automne arrivé… je te reviens !

  3. Harnois à la carte 19 octobre 2011 at 7 h 36 min Reply

    Je suis d’abord extrêmenent contente pour l’Être-Aimé, merci de lui faire le message! Puis, je suis d’autant plus contente de faire partie de tes extrêmenent bonnes collègues qui aura sans doute le privilège de goûter à tes expérimentations culinaires à base d’orignal. De plus, j’ose proposer les services de mon congélateur qui se rendra disponible anytime pour prendre soin de ta viande si ton congel ne fournit pas! Pour ce qui est des recettes… Me semble que j’imagine bien un tartare d’orignal ou un cocktail dînatoire à base d’orignal. Non mais… on est jetset ou on l’est pas!! :)

  4. Amélie D. 19 octobre 2011 at 12 h 12 min Reply

    Un bon burger avec de la viande haché d’orignal, c’est succulent! Comme la viande d’orignal goûte beaucoup, on s’amuse avec la garniture. Création Nord-Côtière : burger d’orignal au Migneron et à la gelée de chicoutai… hummm!! Je sais, le Migneron vient de Charlevoix, mais faute d’avoir une fromagerie sur la Côte-Nord (alias Le paradis des chasseurs), on improvise! Avec une bonne bière brune type Scotch Ale, ça devrait être le party dans votre bouche! Une version mini-burgers pourrait ttrès bien cadré dans le cocktail dînatoire de Mlle Harnois… est-ce je suis invitée? ;-)

    • MélanieR 19 octobre 2011 at 14 h 13 min Reply

      Oh que je retiens l’idée du burger nord-côtier! Et comme l’Être-Aimé est lui-même nord-côtier, il devrait certainement seconder. Je vous en redonne des nouvelles!

  5. Alain G 4 novembre 2014 at 15 h 37 min Reply

    Bonjour, chasseur moi-même, mon cipaille fait toujours l’unanimité, mais ce que l’on me redemande toujours c’est le « Caroaccio », que je fais avec n’importe quel gibier:

    CARPACCIO de gibier
     
    Trancher la viande congelée: Avec un couteau à filet elle roulera en copeaux, placer dans une grande assiette de service ou des petites assiettes individuelles.
    Répandre un mince filet d’une bonne huile d’olive et balancer l’assiette afin d’en recouvrir presque toute la viande sans en avoir épais, si on a aussi une huile épicée en mettre un peu ainsi quelques gouttes de vinaigre balsamique.
    Hacher en très petits morceaux de l’ail et le répandre sur la viande.
    Assaisonner avec beaucoup de poivre et du sel (de corriandre ou fleur de sel)
    Je mets un peu d’herbe haché très fine, j’utilise romarin ou queues d’échalotte
    Râper du parmesan en fins copeaux et en mettre généreusement sur la viande
    Attendre au moins 30 minutes que l’huile fasse cuire la viande.
    C’est l’assaisonnement qui fait toute la différence, faites des essais. Ex Éclats de sucre roux au Poivre de Penja… Mumm
    D É G U S T E Z

    • MelanieR 5 novembre 2014 at 8 h 12 min Reply

      Bonjour Alain, merci pour le partage de cette recette. Malheureusement, je ne pourrai pas l’essayer cette année; l’Être-Aimé est revenu bredouille de son voyage de chasse… Mais ça pourra servir aux plus chanceux! :)

Laisser un commentaire