Raclette du pauvre

S’il y avait un seul mystère que je souhaitais percer en venant en Suisse, c’était bien celui de la raclette.

Pour vous faire une confidence, je n’ai jamais réellement aimé la raclette. Probablement parce qu’il existe autant de façons de manger de la raclette que de propriétaires de poêles à raclette. Je n’ai jamais senti d’uniformité dans toutes les raclettes que j’ai pu manger. L’un utilise des viandes marinées, l’autre des légumes, un autre encore, des crevettes à griller. J’ai même déjà vu de la viande à fondue. Tous utilisent du fromage, mais là aussi, les façons de l’utiliser diffèrent. En cube, en tranche, râpé, je vous dis, j’ai tout vu ! C’est d’ailleurs probablement cette anarchie de la raclette qui me laissait un peu tiède.

Je savais que la « vraie » raclette devait être autre chose. J’avais déjà vu des fours à raclette différents de nos appareils domestiques et j’en comprenais bien le principe : on chauffe une demi-meule de fromage à raclette sous un élément et on racle le produit fondu et grillé sur des pommes de terres et autres accompagnements.

Mes recherches disaient que la raclette était originaire du canton du Valais en Suisse, et, malheur, je n’avais pas prévu y aller pendant mon voyage. Je croyais donc devoir me rabattre sur une version genevoise de la raclette. Mais la chance m’a souri ! Je n’ai effectivement pas eu à aller au Valais, c’est plutôt le Valais qui est venu à moi !

Alors que je participais, le 1er aout dernier, à la Fête nationale suisse à Genève, j’ai eu le bonheur de constater que le canton du Valais avait été choisi comme hôte d’honneur des festivités. Une tente thématique avait été aménagée pour l’occasion et on avait la possibilité de goûter à des spécialités régionales dont…je vous le donne en mille… de la raclette !

raclette_1_600

raclette_2_600

Voici donc ce qu’on m’a servi. Attention, je préfère vous avertir : l’esthétique n’était peut-être pas au rendez-vous, mais dans des cas comme ceux-ci, seules les papilles triomphent.

raclette

Pour les valaisans, la raclette se résume donc à ça : du fromage fondu sur une pomme de terre grelot accompagné d’un cornichon (et de petits oignons – mais dans mon cas, ils ne m’en ont pas mis). On en veut plus ? On répète l’expérience.

Ou sont les charcuteries me demanderez-vous ? C’est là que vous faites erreur : la raclette suisse ne se sert pas avec de la viande et des saucissons. Il s’agit plutôt d’une adaptation savoyarde.

Le type, et la qualité du fromage y sont évidemment pour quelque chose. Et le résultat est plutôt addictif : une fois les deux bouchées terminées, on songe déjà à la prochaine portion !

Le livre sur la cuisine romande que j’ai acheté il a quelques jours est plutôt formel sur la raclette :

« La véritable raclette se fait en posant une demi-pièce de fromage devant une source de chaleur – devant les braises d’un feu de bois ou d’un four électrique conçu a cette fin. Les « raclettes » ou l’on fait fondre des tranches de fromage, au four, ou dans une poêle en Téflon placée sur un réchaud, sont, à notre avis, dénaturés. »

Qu’on se le tienne pour dit.

La question demeure donc entière : comment la raclette se mange-t-elle ailleurs que dans un restaurant? A l’instar des « racleurs » professionnels dans les restaurants suisses (comme mon crédible racleur de la photo ci-dessus), l’hôte ou l’hôtesse doit-il (elle) se sacrifier pendant tout le repas pour sustenter ses invités ? Si vous avez la réponse, dites-le moi !

D’ici là, je vous propose d’essayer la raclette du pauvre, recette qui provient de mon nouveau livre de cuisine et qui, comme son nom l’explique, ne nécessite ni meule de fromage entière, ni four à raclette sophistiqué.

Bon appétit !

raclette du pauvre

Pour 4 gourmands

  • 6 grosses pommes de terre
  • 600 gr de vacherin fribourgeois
  • 1 c. à soupe d’huile
  • cumin
  • sel et poivre
Choisissez des pommes de terre de forme allongée, d’égale grosseur. Faites les cuire en robe des champs 20 à 30 minutes. Egouttez-les et épluchez-les à chaud.
Coupez-les en deux dans le sens de la longueur. Placez ces demi-pommes de terre sur une plaque légèrement huilée. Assaisonnez de poivre et de cumin et déposez sur chaque moitié 50 gr de vacherin bien crémeux détaillé en fines lamelles.
Glissez au four à 450 degrés F et laissez cuire pendant 10 min.
Servez bien chaud, garni de cornichons et de petits oignons.

D’autres recettes qui rendent heureux...

Tagged: , , ,

Comments: 3

  1. lesuisse 15 janvier 2014 at 16 h 09 min Reply

    Bonjour,

    Effectivement, quand une vraie raclette est faite à domicile, l’hôte va racler le fromage jusqu’à la fin du repas. Cependant, cela ne l’empêche pas de prélever de temps à autre une raclette pour sa propre consommation.

    • MelanieR 20 janvier 2014 at 19 h 27 min Reply

      Bonjour,
      Merci de votre commentaire. Il m’aura fallu du temps avant d’obtenir réponse à ma question, mais l’attente en aura valu la peine! :)

  2. Rachel 7 février 2016 at 12 h 00 min Reply

    Un bonjour du Valais
    J’arrive ici par hasard et je tombe sur un article d’une spécialité de mon canton (même s’il n’est pas récent), j’adoreee la raclette et juste une précision la croute qui se forme lorsque le fromage fond on appelle ça « les religieuses ».
    Amitiés de mon beau canton et à bientôt
    Rachel

Laisser un commentaire